Résidence : Japon

Cliquez sur l'image pour accéder au diaporama

Télécharger la plaquette de la résidence au Japon (format PDF)

Lors d’une résidence d’artiste au Japon en 1994, Thierry Boyer a découvert et a été fasciné par le butô, danse et pratique résiliente et expiatoire, née des traumatismes vécus par les Japonais pendant la Seconde Guerre mondiale lié aux bombardements nucléaires.

C’est ainsi qu’il a pu présenter, de son propre aveu, « un travail où l’idée du corps humain dans le contexte d’une guerre nucléaire était questionnée à travers la réalisation de plusieurs mannequins assemblés à leurs bases et enveloppés par des rubans adhésifs brillants ». Ces corps hybrides, ces chairs meurtries, ces figures mutilées qui se réclament du caractère provocant du butô, évoquent aussi Nanko, lieu où elles ont été réalisées, île créée artificiellement à partir de déchets industriels.

La photographie présentée ici garde la mémoire de cette pièce qui a été détruite sur place. Grâce à l’outil graphique, Thierry Boyer a pu saturer les couleurs originales.

Par ce travail sur l’absence/présence des sacrifiés d’Hiroshima et de Nagasaki, Thierry Boyer nous renvoie de manière sensible aux scories de notre mémoire collective.


Nanko (extraits) – Tony Kunter (2018)